Saint-Quentin

Ville de l’Aisne

Détruite à 80% pendant la première guerre mondiale, la ville fit le délice des architectes Art Déco dans les années 1920. Les deux monument gothiques, la basilique et l’Hôtel de Ville , ont été restaurés. La réserve des Marais d’Isle, située en plein centre ville, est unique en Europe.


La place de l’hôtel de ville de Saint-Quentin - La place de l'hôtel de ville de Saint-Quentin Crédits : D.Raux / Région Picardie

Code postal : 02100
 

Nombre d’habitants : 55978 en 2010


Gentilé : Saint-Quentinois, Saint-Quentinoises

Au début de l’époque médiévale, la ville de Saint-Quentin et celle de Péronne se sont partagées le siège des premiers comtes du Vermandois dans un vaste territoire couvrant toute la Picardie intérieure du Santerre à la Champagne.

Terre agricole située sur la route des invasions et des guerres, la région de Saint-Quentin a fait sa fortune, depuis le Moyen Âge, grâce à la créativité et à la qualité de son industrie textile.

La ville est classée ville d’art et d’histoire, bien qu’elle ait été détruite à 80% par les bombardements allemands de l’année 1917.

Physionomie de la ville


Saint-Quentin, centre ville - Saint-Quentin, centre ville Crédits : CRDP d'Amiens

Le centre de Saint-Quentin, peu étendu : 700 m autour de la basilique, dessine un polygone dont les sept côtés sont de larges voies urbaines.

La voie de gauche (ouest) mène au lycée Henri-Martin (immeubles de couleur rose). En haut (nord-est) un parc urbain de 12 ha, les Champs-Élysées borde le coeur de la cité, non loin de la basilique en avant de laquelle on voit la place de l’Hôtel de Ville.

Plus loin sur la gauche se dressent les bâtiments imposants du palais de Justice.

À droite de la basilique se situent La Poste et un peu plus loin la sous-préfecture.

En bas (sud-ouest) : l’église Saint-Martin et son faubourg du début du siècle mêlant maisons d’habitations et usines avec l’amorce du bassin fluvial du vieux port.


Saint-Quentin, centre ville - Saint-Quentin, centre ville Crédits : CRDP d'Amiens

À l’intérieur du centre-ville, de nombreuses opérations de rénovation urbaine modernisent le bâti ancien.


Saint-Quentin, l’agglomération - Saint-Quentin, l'agglomération Crédits : CRDP d'Amiens

L’ensemble de l’agglomération et de ses faubourgs (80000 habitants) s’étale de part et d’autre de la vallée de la haute Somme. Le fleuve n’a parcouru qu’une dizaine de kilomètres depuis sa source et n’a enfoncé sa vallée dans le plateau crayeux que d’une trentaine de mètres.

La vallée constitue un axe de communication qui associe voie d’eau et voie ferrée. L’artère navigable, un canal creusé dans la vallée de la Somme, joua un rôle essentiel dans l’activité de la ville qui voyait passer le charbon extrait dans le Nord de la France et dirigé vers Paris.

Ce rôle a beaucoup décliné en raison de la vétusté de la voie d’eau restée au vieux gabarit de 300 t.

Sur la gauche et au nord du canal : les bassins du « Vieux Port ».

Au delà : le faubourg Saint-Martin.

Vers la droite : le plan d’eau de l’étang d’Isle.

L’artère ferroviaire qui relie Paris à Bruxelles et à la Ruhr longe la Somme avec, à l’avant, de part et d’autre du pont, les installations de la gare.

Au premier plan s’étend l’industrieux faubourg d’Isle avec ses maisons basses de briques rouges, ses usines et ses ateliers.

À l’arrière-plan on devine l’extension récente de la ville vers le nord, sur les surfaces agricoles du plateau (grands immeubles collectifs et pavillons individuels).

Le Gothique

Saint-Quentin abrite deux monuments gothiques : la basilique et l’Hôtel de Ville.


La Basilique de Saint-Quentin, vue par Brunoh - La Basilique de Saint-Quentin, vue par Brunoh

L’édifice est dit basilique par défaut, il n’a jamais abrité d’évêque. En volume, elle est semblable à Notre Dame de Paris, elle possède deux transepts, un labyrinthe au sol sur le pavage comme à la cathédrale d’Amiens mais celui-ci est d’origine, du XVe siècle.

L’édifice a demandé trois siècles de construction, du XIIIe au XVe siècle, et donne à admirer aujourd’hui tous les courants du gothique.

Autre monument témoin de ce courant dans sa période flamboyante : l’Hôtel de Ville.


La Place de l’hôtel de ville de Saint-Quentin, vue par Brunoh - La Place de l'hôtel de ville de Saint-Quentin, vue par Brunoh

Sur sa façade : 173 sculptures inspirées de la vie quotidienne des Saint-Quentinois. Autre curiosité, les deux grandes statues qui ont été rajoutées au XIXe siècle : l’une représente un chien et évoque la fidélité des habitants, l’autre représente un singe et illustre le côté malicieux et indépendant des habitants, indépendance acquise en 1080 à la signature de la Charte de la Ville.

Le mouvement Art Déco


Saint-Quentin, buffet de la gare - Saint-Quentin, buffet de la gare Crédits : CRDP d'Amiens

Une étude réalisée sur l’ensemble de la commune a répertorié 3000 éléments « Arts décoratifs modernes » (Exposition universelle de 1925) ou Art Déco dont plusieurs centaines classés.

Ce courant date des années 20, date des reconstructions après la Première Guerre mondiale. La ville devient un champ d’expérimentation sans précédent des dernières orientations architecturales et urbanistiques, sous l’inspiration d’architectes locaux, comme Louis Guindez, très sensibles à l’art Déco...d’où la surreprésentation du style Art déco dans la ville.

Sur les ruines, on rebâtit en employant des matériaux nouveaux et modernes, tels l’acier tubulaire, le ciment armé, le verre dépoli, la céramique et la mosaïque. Les programmes iconographiques s’emploient à illustrer la vitesse, les transports modernes, le monde des voyages et le luxe de vivre.

Aujourd’hui, ces façades et ces éléments, souvent ludiques, à la fois très géométriques et très fournis, font parties du patrimoine

Les propriétaires sont vivement encouragés à les préserver.

Le buffet de la gare 

Le buffet de la gare, par la luxuriance et la richesse de son décor, est peut-être le chef-d’oeuvre de l’Art déco à Saint-Quentin.
Le buffet fut décoré en 1926 par Labouret qui mit en place toute une série de panneaux de revêtement muraux en mosaïque grise et or à ornementation végétale et géométrique.

À ces mosaïques répond la série de verrières en verre américain transparent et dépoli qui reprennent ces mêmes formes géométriques évoquant des jets d’eau.

Le bar imposant, aux angles arrondis, est en marbre vert, les glaces sont cernées de cuivre.

Le sol est pourvu d’un revêtement de céramique à décor géométrique et étoilé, l’ensemble des luminaires en écaille de nacre évoque l’Extrême-Orient, les grands coquillages des îles lointaines ou encore les carapaces de tortue.

Le buffet, lieu de passage par excellence, devient un lieu d’utopie architecturale et décorative, d’invitation au rêve et au voyage.

Antichambre du départ et du voyage, le buffet de la gare de Saint-Quentin, au-delà de ses qualités plastiques et architecturales en tout point exceptionnelles, nous renvoie l’image du luxe et de la volupté des années folles qui firent du voyage et de la gare un temps fort de sa symbolique et de son imaginaire.

Occupé par une poste, puis par un hôtel, et enfin par des bureaux, ses mosaïques et ses vitraux sont des chefs d’œuvre de l’Art déco.

La gare


Saint-Quentin, gare - Saint-Quentin, gare Crédits : CRDP d'Amiens

Saint-Quentin a en connu trois bâtiments successifs abritant les voyageurs en partance pour Amiens, Cambrai, Paris.

Le premier est construit sous la Seconde République. Fait de bois, il est inauguré le 9 juin 1850 par celui qui est encore Président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte.

Touchée par les bombardements allemands du 21 octobre 1870, la gare est reconstruite en briques et ouverte de nouveau au public en 1887.

La gare actuelle date de 1926. Après avoir survécu au premier conflit mondial, malgré l’intense bombardement aérien du quartier, le 1er juillet 1916 , la gare est détruite par un incendie en 1921.

La Compagnie des chemins de fer du Nord la fait reconstruire suivant les plans des architectes Gustave Umbdenstock et Urbain Cassan, avec une décoration intérieure de style Art déco due au maître verrier Auguste Labouret.


Saint-Quentin, gare - Saint-Quentin, gare Crédits : CRDP d'Amiens

Inaugurée le 12 septembre 1926, elle est classée à l’inventaire des Monuments historiques depuis 2003.
Les façades extérieures imposantes sont surmontées des toitures plates.

Le bureau de poste


Saint-Quentin, la poste - Saint-Quentin, la poste Crédits : Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

Le bureau de poste est le type même de bâtiments marquant le paysage urbain. Comme la mairie ou l’école, sa forme architecturale illustre l’histoire politique, administrative et technologique de l’État.

Le recrutement des architectes des Postes, sur concours, lauréats du premier ou deuxième Grand Prix de Rome, donnait lieu à l’élaboration de modèles architecturaux, reflétant tant les débats architecturaux et stylistiques que l’évolution des innovations technologiques des services postaux.

Un bureau de poste doit être construit en fonction d’un plan type susceptible d’évolution modulaire. La façade, lieu de toutes les attentions, renvoie l’image publique d’une grande administration.

À l’éclectisme, au style républicain, fait suite le classicisme moderne de l’Art déco.

Très largement inspiré du bureau de poste de Tourcoing, création de l’architecte lillois François Pierre Delannoy, l’édifice propose un appareillage raffiné de briques jaunes et rouges, détails architecturaux inspirés de l’École d’Amsterdam dans la partie supérieure de chaque côté de la porte d’entrée.

La façade principale est ornée d’une porte d’entrée en anse de panier très travaillée en brique formant différents motifs géométriques. La partie supérieure est ornée de pilastres en brique et ciment armé encadrant l’horloge.

La grande originalité du bâtiment réside dans l’emplacement de l’entrée, dans le pan coupé de l’angle formé par les deux rues. L’intérieur est tout aussi remarquable : le vestibule présente un somptueux décor de mosaïque, six panneaux cubistes datés de 1930 illustrent sur le mode allégorique l’électricité, la transmission sans fil, l’aéropostale, le téléphone et la radio.

Ces panneaux de carreaux de faïence et brique utilisent tout le jeu des couleurs primaires telles que le jaune, le bleu et l’orange.

Ainsi, le lieu d’accueil des visiteurs et des usagers devient un espace de célébration de la modernité et de l’avant-garde technologique de cet outil premier de communication qu’est la Poste.

Le pont de l’Isle


Saint-Quentin, le pont de l’Isle - Saint-Quentin, le pont de l'Isle Crédits : CRDP d'Amiens

Les travaux de reconstruction de ce pont qui enjambe la voie ferrée Paris-Bruxelles et la gare (inaugurée l’année précédente) commencent en 1927. Ceux-ci s’achèveront en 1929.

Long de 230 mètres, répartis en six travées de tailles inégales, et large de 18 mètres, ce viaduc, qui est un des premiers ponts en béton armé, est l’œuvre de l’ingénieur Albert Caquot. L’ensemble est décoré de deux tours-lanternes hautes de 25 mètres, et de bas-reliefs en bronze, des allégories des quatre rivières (la Seine, l’Oise, l’Escault et la Somme) du Nord de la France.

Activités culturelles

Le musée Antoine Lécuyer , musée des Beaux-arts, abrite la plus importante collection des pastels de Maurice-Quentin de La Tour . Portraitiste officiel de Louis XV, natif de Saint-Quentin, il a brossé le portrait de nombreux artistes, militaires, gens de la cour, membres du clergé, et son œuvre est une véritable fenêtre sur le XVIIIe siècle, siècle des Lumières.

Le musée d’entomologie conserve quant à lui plus de 600 000 spécimens d’insectes et d’arachnides (mygales, scorpions), 15 000 d’entres eux sont en exposition permanente. On y trouve notamment une très importante collection de papillons exotiques : Thysania de Guyane, Morphos d’Amérique ou Argema de Madagascar, etc.

L’école de musique


Saint-Quentin, école de musique - Saint-Quentin, école de musique Crédits : CRDP d'Amiens

L’école nationale de musique est construite en 1929 ; elle est ornée de trois pignons sur bow-windows en verre et utilise les matériaux de la reconstruction : béton brut et brique appareillée.

Le cinéma


- Saint-Quentin, complexe cinéma Crédits : CRDP d'Amiens

Les Saint Quentinois ont enfin leur cinéma ! Au mois de juin 2007 en effet est inauguré dans la première ville de l’Aisne le Cinéquai 02, un cinéma multiplexe. Quai du Port Gayant, face à la gare et le long du canal de Saint Quentin, celui-ci s’intègre dans un plus vaste programme de rénovation urbaine et de réhabilitation de ce quartier central de la première agglomération axonaise.

L’essentiel des façades utilise la couleur bordeaux rouge, celle du cinéma, ou la brique, qui rappelle le matériau de construction local. C’était le but affiché par le cabinet d’architecture Namur et Associés, à l’origine du projet : être un élément de l’environnement.

Avec onze salles construites en gradins et 1930 fauteuils, celui-ci est un équipement culturel qui manquait à la population locale. Ce nouveau lieu de projection répond ainsi aux attentes actuelles des passionnés du 7e art : de vastes salles climatisées, des fauteuils confortables, une qualité de projection (avec l’usage du format scope et panoramique) et d’acoustique (avec l’utilisation du son numérique).

Le Cinéquai 02 peut ainsi projeter dans plusieurs salles simultanément un même film, tel Bienvenu chez les Ch’tis de Dany Boon en 2008 et faire face à une affluence ponctuelle, mais néanmoins importante, ou programmer un blockbuster américain, comme Avatar de James Cameron en 2009, avec le nouveau procédé 3D, les lunettes de vue qui vont avec.
Dans un premier temps déçu par le manque d’affluence, les deux premières années, la société d’exploitation du multiplex, Cap4Cinéma, auparavant présente dans une dizaine de villes du sud-ouest de la France, s’est vue par la suite rassurée. Le groupe a développé une politique tarifaire adaptée à la situation. Les tarifs d’entrée y sont ainsi les moins chers de Picardie.

Les lieux s’associent également de manière régulière aux événements de l’agglomération saint-quentinoise, le festival Cinéjeune chaque printemps notamment. Aujourd’hui les spectateurs présents viennent parfois de loin (jusque 40 km) pour s’offrir une soirée cinéma. C’est pourquoi, au Cinéquai 02, les possibilités de restauration demandent aussi à se développer.

Environnement : réserve naturelle du marais d’Isle


Le parc des marais d’Isle à Saint-Quentin - Le parc des marais d'Isle à Saint-Quentin Crédits : CRDP d'Amiens

Saint-Quentin est la seule commune d’Europe à avoir une réserve naturelle en plein centre ville, traversée par la Somme. Protégée par l’UNESCO, elle est inaccessible au public.

Le fond plat et marécageux de la vallée de la Somme a longtemps été inutilisé, voire fui par les hommes. Saint-Quentin s’était installée initialement sur le rebord du plateau au nord de la vallée, Rouvroy, Harly et Gauchy firent de même au sud.

Le faible débit du fleuve et le resserrement de son cours au droit de Saint-Quentin y ont favorisé la formation de marais tourbeux. Ainsi ont pu subsister les 48 hectares d’espaces humides des marais d’Isle qui en 1981 devinrent une réserve naturelle qui accueille de nombreuses espèces végétales et animales. Interdits de chasse, les marais d’Isle sont une étape migratoire ainsi qu’une zone de reproduction pour le hibou des marais, le faucon émerillon ou le martin-pêcheur.

Différents milieux sont présents au parc d’Isle, des étangs et autres roselières notamment, qui correspondent à autant d’états hydriques qui bénéficient de l’attention des scientifiques, botanistes et autres ornithologues. Ces derniers ont dénombré plus de 150 espèces de fleurs, 160 espèces d’oiseaux différentes, dont la très rare Noctuelle à baïonnette.


Le parc des marais d’Isle à Saint-Quentin - Le parc des marais d'Isle à Saint-Quentin Crédits : CRDP d'Amiens

Au coeur de la réserve naturelle du marais d’Isle, un espace ouvert au public offre d’agréables promenades jalonnées de panneaux explicatifs sur la flore, la faune. 

La promenade pour les curieux et les citadins est aménagée pour préserver la population végétale et animale.

Une Maison de l’environnement accueille les animaux blessés, tandis que la Maison des Marais propose de nombreuses activités pédagogiques. 5 à 6000 élèves, issus de l’enseignement primaire et secondaire, fréquentent les lieux chaque année pour une initiation à la fragilité et à la richesse des lieux.

La réserve est sillonnée par des gardes verts qui surveillent et informent les passants. 


Saint-Quentin

Petite visite de la ville

Zone piétonne


Saint-Quentin, rue piétonne - Saint-Quentin, rue piétonne Crédits : CRDP d'Amiens

Réhabilitation de friches industrielles


Saint-Quentin, réhabilitation de friche industrielle - Saint-Quentin, réhabilitation de friche industrielle Crédits : CRDP d'Amiens

Saint-Quentin fut longtemps une puissante cité textile où plusieurs milliers d’ouvriers travaillaient le coton, fabriquaient du tulle, des broderies, des articles de bonneterie et de confection. La crise a sévi fermant la plupart des ateliers.

Réutiliser cet ancien parc industriel n’est pas aisé. Certains bâtiments ont été rasés permettant des opérations de rénovation urbaine. D’autres ont été transformés, parfois en équipements collectifs comme ici.

Activités tertiaires


Saint-Quentin, immeuble de commerces - Saint-Quentin, immeuble de commerces Crédits : CRDP d'Amiens

Ville pauvre et trop exclusivement industrielle, Saint-Quentin, qui n’est que sous-préfecture du département de l’Aisne alors qu’elle en est la ville la plus peuplée, souffre d’un déficit d’activités tertiaires de qualité.

Hommage au jeu de quilles


Saint-Quentin, hommage au jeu de quilles - Saint-Quentin, hommage au jeu de quilles Crédits : CRDP d'Amiens

Petite place avec monument en hommage au jeu de quilles, tradition locale. À l’arrière plan : groupe scolaire du début du XXe siècle, en briques.

Une base urbaine de loisirs


Saint-Quentin, base urbaine de loisirs - Saint-Quentin, base urbaine de loisirs Crédits : CRDP d'Amiens

Depuis les années 1960, les espaces de loisirs en ville se sont multipliés. Ainsi, les piscines et autres patinoires se sont démocratisées, sous la forme de modèles types, à vocation uniquement sportive. Cependant, la notion de jeux d’eaux ou de glace est apparue à l’orée des années 1980. Les nouveaux équipements accueillent alors des pistes, des bassins ludiques. Mais, en même temps, avec cette diversification, se pose la question de l’équilibre financier des installations : coût de fonctionnement, blocage des plages horaires par les associations.


Saint-Quentin, base urbaine de loisirs - Saint-Quentin, base urbaine de loisirs Crédits : CRDP d'Amiens

D’où une évolution récente, celle de la construction de halles sportives et ludiques, des espaces conviviaux qui accueillent également bars et restaurants, de quoi offrir une journée de détente en famille.


Saint-Quentin, base urbaine de loisirs - Saint-Quentin, base urbaine de loisirs Crédits : CRDP d'Amiens

À Saint Quentin, la Base urbaine de loisirs – piscine, solarium, patinoire, discothèque, bowling, relaxation, fitness, restauration, pourra accueillir 2000 personnes dés le début de l’année 2010, sur une surface bâtie de plus de 12000 m2 sur un plan budgétaire de 26 millions d’euros.

Bien sur, un tel chantier ne va pas sans entrer dans un projet plus vaste d’aménagement urbain. Exposée au Sud, cette « Bulle de loisirs » est située à proximité du centre-ville. À l’ouest, près de la rocade, elle joue le rôle de mur acoustique pour les riverains. À l’est, elle intègre les stationnements et le parcellaire existant.

Axée sur le quai Gayant et longeant le canal de Saint-Quentin, des plages surélevées permettent de profiter de la vue. 

La périphérie de Saint-Quentin


Saint-Quentin, l’agglomération - Saint-Quentin, l'agglomération Crédits : CRDP d'Amiens

Comme beaucoup de villes moyennes, la population de Saint Quentin diminue avec les derniers recensements du XXe siècle. De 65000 habitants dans les années 1960 à 1980, celle-ci se situe actuellement autour de 56000.

Au cours de cette période, les démographes ont discerné un autre phénomène : l’augmentation de la population dans les campagnes. Ce phénomène, apparu au milieu des années 1970, met fin à une déprise séculaire !

Extension du quartier pavillonnaire


Saint-Quentin

L’urbanisation en grands ensembles des années 1960 avait permis de loger rapidement de nouveaux citadins aux revenus modestes dans des conditions honnêtes de confort. Mais cet environnement urbain, quelque peu concentrationnaire, engendra bien des problèmes sociaux. Les années 1990 voient la ville s’étendre selon un autre principe : pavillons et petits immeubles collectifs dispersés sur des espaces verts autour du groupe scolaire et du centre social. On est ici au point extrême d’avancée de la cité sur la campagne voisine.


Saint-Quentin, HLM - Saint-Quentin, HLM Crédits : CRDP d'Amiens

Autour de 1960 Saint-Quentin s’est étendu vers le nord-est formant le nouveau quartier de Remicourt. Ses grands immeubles collectifs juxtaposent des centaines d’appartements abritant des personnes aux revenus modestes. Quelques petits immeubles collectifs et de rares pavillons individuels s’insinuent entre les barres et les tours.


Usine Rhône-Poulenc, Gauchy - Usine Rhône-Poulenc, Gauchy Crédits : CRDP d'Amiens

Les villages périurbains, situées à proximité du centre des aires urbaines se développent.

Ces espaces, situés de 15 km à 25 km de distance des centres-villes, deviennent les lieux les plus prisés pour ceux qui recherchent une maison individuelle, une vie au grand air. L’habitat correspond aux attentes des populations, au besoin d’une construction de logements neufs qui suive le rythme des installations : les pavillons organisés en lotissement.
Autour de Saint Quentin, quelques communes profitent de cette nouvelle donne géographique et sociale : Homblières (1968 : 891 habitants, 1999:1462), Mesnil-Saint Laurent (196 : 252, 1999 : 425, Grugies (1968 : 747 habitants, 199 : 906). La liste s’allonge. Certaines d’entre elles franchissent le seuil des 2000 habitants qui signifie – sur le plan statistique – l’accession au rang de villes.

L’activité industrielle à Saint-Quentin


Saint-Quentin, usine MKB - Saint-Quentin, usine MKB Crédits : CRDP d'Amiens

Saint-Quentin reste une ville industrielle où fonctionnent plus de 130 usines employant environ 10000 personnes (2 400 dans le textile, 1 500 dans la construction de cycles et motocycles, 1 300 dans la fabrication de matériel électrique, 1 200 dans la métallurgie et la mécanique, 1 000 dans l’industrie alimentaire, 800 dans la parfumerie). L’usine la plus puissante est celle de MBK, sur la zone industrielle de Rouvroy créée dans les années 1960 pour attirer des entreprises décentralisées de la région parisienne.


MBK, chaîne d’assemblage de scooters - MBK, chaîne d'assemblage de scooters Crédits : CRDP d'Amiens

Jadis propriété de la firme Motobécane, elle appartient aujourd’hui au groupe japonais Yamaha. Avec près de 1 500 salariés elle est le plus gros employeur de l’agglomération.

 
Usine Rhône-Poulenc, Gauchy - Usine Rhône-Poulenc, Gauchy Crédits : CRDP d'Amiens

L’axe navigable du canal de la Somme, accessible seulement aux petites péniches de 300 t, va croiser vers la droite l’autoroute A16 (Calais-Dijon-Lyon).

Au premier plan : le faubourg d’Oestres, partie de Saint-Quentin.

Au second plan : la commune suburbaine de Gauchy. Sur les vastes terrains plats et marécageux du fond de vallée s’est installée la puissante usine Rhône-Poulenc qui emploie plus de 200 salariés à la fabrication de fibres polyester.

Elle maintient la tradition textile jadis gloire de la cité où elle employait des milliers de salariés et qui, récemment ruinée, ne survit que par quelques ateliers de broderie et de confection.

Autour de l’usine : les cités ouvrières. À gauche : la station d’assainissement des eaux usées de l’agglomération.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Désiré Emmanuel (CRDP d’Amiens) ; Guiochon, Xavier-Philippe

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.