Rivières de Picardie

Les cours d’eau de Picardie appartiennent à deux bassins versants. Région de plaine et de craie, la Picardie est sillonnée par des ruisseaux et des rivières à pentes faibles, au cours paresseux. Des mesures d’amélioration de leur état écologique se mettent en place.



L’Oise à Saint Quentin / Philippe Fruitier, Région Picardie

Région de plaine et de craie, la Picardie est sillonnée par des ruisseaux et des rivières à pentes faibles.

Les cours d’eau de Picardie appartiennent à deux grands bassins : Seine-Normandie et Artois-Picardie ; les principales rivières sont respectivement, d’une part l’Oise et ses affluents, l’Aisne, la Serre, la Marne et d’autre part, la Somme, l’Authie et la Bresle en limite des deux.

Le nord-est de la région présente un chevelu de rus et de ruisseaux aux eaux vives, fraîches et bien oxygénées, survolées, pendant la belle saison, par le gracieux caloptéryx vierge. Le cincle plongeur y côtoie la truite. La bergeronnette des ruisseaux attend sur une pierre le passage d’un insecte, tandis que la poule d’eau hésite à se lancer en terrain découvert.

Muettes ondulations

En aval, les rivières tracent plus paresseusement leur sillon liquide. Les muettes ondulations ca¬chent brochets et autres poissons d’eaux calmes (gardon, perche...), dont les plus petits font le régal du martin-pêcheur. Un chevalier guignette glisse au-dessus de l’onde et, dans un aulne, tambourine un pic épeichette, le plus petit représentant de cette famille d’oiseaux.

Sous haute surveillance

Vue de l’Oise à Pont-Sainte-Maxence

Autrefois générateurs d’une précieuse énergie, barrages et moulins subsistent sur de nombreuses rivières mais ont généralement perdu leur vocation originelle. Malgré de notables efforts d’épuration, les produits toxiques (métaux lourds…) s’accumulent encore le long des chaînes alimentaires. Par manque de milieux naturels retenant et filtrant l’eau (zones humides, prairies inondables, haies, forêts…), les eaux de pluie entraînent d’importantes quantités de terre et d’engrais qui provoquent un enrichissement des milieux aquatiques.

Désormais, de plus en plus de rivières sont de nouveau traitées avec égard. Les opérations brutales (curage, recalibrage, redressement, détournement) sont peu à peu abandonnées au profit du retour à un entretien régulier et à des interventions plus douces. Celles-ci ménagent les rives à faible pente, les zones de calme et les rapides, ou encore des petites plages de sable et des bancs de gravier, propices au retour des poissons migrateurs tels le saumon ou la truite de mer. Quelques “gardes-rivières” veillent à la bonne santé de certains cours d’eau.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

Vos commentaires

  • Le 2 mai 2015 à 16:05, par Rogez Philippe En réponse à : Rivières de Picardie

    bonjour Picardia
    quand vous écrivez « Les cours d’eau de Picardie appartiennent à deux bassins versants. », c’est faux : il y a au moins quatre bassins versants majeurs en Picardie : la Somme, la Seine, l’Authie et la Bresle…

    pour faire avancer Picardia… sinon vous pouvez aussi faire un lien sur Wikipédia...
    cordialement

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.