Marais et tourbières

Des écosystèmes riches à préserver

Les eaux provenant des plateaux crayeux forment dans les vallées marais et tourbières. Ces milieux humides sont des écosystèmes extrêmement riches. Leur exploitation a agrandi les plans d’eau. Les programmes de préservation visent à concilier les usages (chasse, pêche, économie) avec la protection de la diversité.


Tourbière - Tourbière Crédits : Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

Depuis la fin de la période glaciaire, les eaux fuient les plateaux crayeux et se rassemblent au fond de vallées ( Somme, Authie, Souche, etc.) ou de dépressions ( Sacy-le-Grand, Cessières, etc.).


Marais de Marolles - Marais de Marolles Crédits : Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

Elles y forment un entrelacs de marais et de tourbières, écosystèmes parmi les plus riches des pays tempérés. Pendant des centaines d’années, l’extraction de la tourbe a formé une multitude de petits étangs aux formes régulières. Plus récemment, l’exploitation des sables et graviers, a créé d’immenses plans d’eau, profonds de plusieurs mètres, moins propices au développement d’une vie diversifiée. Aujourd’hui, les étangs sont essentiellement utilisés pour la pêche et la chasse au gibier d’eau. 

Luxuriance

Dans les zones humides, le contact de la terre et de l’eau permet le développement d’une multitude d’espèces animales et végétales. Les plantes croissent en “ceintures”, selon la hauteur d’eau.


Marais à Chaussée-Tirancourt - Marais à Chaussée-Tirancourt Crédits : Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

Au centre des étangs, les larges feuilles des nénuphars et des potamots flottent à la surface.

Autour, se dressent les grandes plantes de la roselière (roseaux, massettes), dont la base peut rester longtemps immergée, puis une couronne de joncs et de carex.

Dans les tourbières acides, des plantes remarquables : laîches, orchidées, plantes carnivores, fougères... s’installent parmi les tapis que forment les sphaignes.


Dans le parc du Marquenterre - Dans le parc du Marquenterre Crédits : AS Flament/Région Picardie

A cette luxuriance végétale répond une incroyable profusion animale. Hérons cendrés et grèbes huppés cherchent les poissons, les larves d’insectes ou de batraciens dont ils se nourrissent. Canards et foulques sillonnent en tous sens les inextricables roselières d’où émanent les chants des fauvettes aquatiques. Plus discrète, la rainette verte passe de longues heures immobile, agrippée à la végétation, tandis que la couleuvre à collier glisse à la surface de l’eau.

Prise de conscience

Drainage, creusement de gravières, développement parfois incontrôlé de l’urbanisation et de l’habitat léger de loisir, pollution, abandon de l’élevage ou plantation de peupliers sont responsables de la raréfaction des zones humides ou de leur dégradation. Au contraire, l’activité cynégétique, si elle limite, par le dérangement qu’elle génère, les capacités d’accueil pour les oiseaux, peut contribuer au maintien de ces espaces.


Marais du Pendé - Le marais du Pendé Crédits : CSNP

Plusieurs zones humides importantes font désormais l’objet de programmes visant la préservation et la gestion des milieux les plus exceptionnels, tout en conciliant au mieux les différents usages.

Conflits entre conservation des marécages et mise en culture


Mise en culture du marais de Sacy - Mise en culture du marais de Sacy Crédits : CRDP d'Amiens

Les hommes ont longtemps évité les espaces marécageux, puis ils ont cherché à les assainir en les drainant et en les cultivant : maïs, légumes... les faisant ainsi entrer dans le champ de l’économie productiviste.

Aujourd’hui ces espaces sont des lieux de conflits entre partisans de la poursuite du drainage et de la mise en culture et partisans du maintien des conditions marécageuses, soit pour y accroître l’activité rémunératrice de la chasse au gibier d’eau, soit pour en faire des réserves de nature en partie pénétrables par des touristes avertis.

Le marais de Gizy


Marais de Gizy - Marais de Gizy Crédits : CRDP d'Amiens

Avec ses 691 habitants, Gizy est une commune axonnaise dont le dynamisme démographique repose sur la proximité de Laon, le chef-lieu de département (12 km) et de l’autoroute A26. Ce village périurbain cultive cette image de calme et de bien être à la campagne. Habitats anciens et pavillons contemporains voisinent. Sa voirie et ses rues entretenues complètent son appellation de village fleuri . Quant à ses nombreux commerces, ses lotissements résidentiels, ils en font l’archétype de la commune périurbaine, un idéal pour beaucoup de Français.
Sur ce territoire en pente douce, la craie picarde rencontre celle de champagne. Les limons sableux de la partie nord, faciles à travailler sont propices à la culture des céréales ; le reste du territoire est partagé entre zone de marécages et d’étangs poissonneux, et friche naturelle dédiée aux loisirs écologiques. Ces zones dites naturelles comptent pour beaucoup pour la qualité de vie des habitants.
Parmi celles-ci, le marais de la Souche, qui est commun à plusieurs territoires communaux, celui de Liesse-Notre-Dame notamment. Classé Natura 2000, celui-ci est composé de différents milieux – des étangs tourbeux, des bois humides avec îlots de végétation basse, des bas-marais alcalins -, ce qui lui vaut d’héberger une variété importante de plantes, d’oiseaux remarquables, ainsi qu’une trentaine d’espèces de libellules différentes. D’une surface de plus de 3000 hectares, ces marais comptent plus de 500 propriétaires différents et sont un intense foyer de la vie rurale (pâturage de bovins, huttes de chasse, site de pèche et loisirs divers).

Marais de Sacy


Marais de Sacy - Marais de Sacy Crédits : CRDP d'Amiens

De petites plaines marécageuses verdoyantes s’étendent au pied du front de côte (ou cuesta) que forment les calcaires, sables et argiles du Tertiaire inférieur dominant le crayeux plateau picard. Leur humidité vient de l’imperméabilité des roches qui les constituent et de l’apport d’eau par les sources issues de la nappe souterraine présente dans les calcaires et sables perméables sus-jacents. Le paysage de ces marais contraste avec celui des plateaux calcaires qui les dominent. Une végétation et une faune palustres s’y sont développées. 

Les étangs près de Cappy, moyenne vallée de la Somme


Cappy, étangs - Cappy, étangs Crédits : CRDP d'Amiens

Les étangs de la moyenne vallée de la Somme attirent un public modeste à la recherche du calme et des plaisirs de la pêche. Un tel engouement a entraîné la multiplication anarchique de caravanes et de cabanons inesthétiques sans infrastructures d’assainissement. Aujourd’hui des terrains aménagés ont été installés entre le lit de la Somme et les étangs, vestiges de l’ancienne extraction de la tourbe.

Les parcelles sont louées à l’année. Ce type d’activité touristique est source de revenus pour les propriétaires des terrains privés ou communaux. 

Les étangs de la Haute Somme à Etinehem


Étinehem, étangs - Étinehem, étangs Crédits : CRDP d'Amiens

A proximité d’Etinehem, au nord-est d’Amiens, le canal achevé en 1850 est bordé par les étangs de la Haute Somme.

Sur plus de cinquante kilomètres de son cours, le fleuve forme quelques 2000 hectares d’étangs et de plans d’eau, lieux privilégiés de pêche et de promenade.

En amont d’Amiens, dans le Nord du Santerre, le fleuve coule au milieu d’une vallée dont la largeur dépasse parfois le kilomètre.

Autrefois les ressources étaient exploitées : les saules et aulnes pour la fabrication des outils de pêche et des nasses à anguilles par les vanniers, les herbes aquatiques pour le compost, le sous-sol pour ses réserves de tourbe.

Les tourbiers creusaient le sol, découpant les étangs en de nombreux rectangles. Séchée, la tourbe servait de matériau de construction, de combustible ou de fertilisant. 

Aujourd’hui dans la vallée, on pratique l’élevage et la culture maraîchère.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Conservatoire des Sites Naturels de Picardie ; Désiré Emmanuel (CRDP d’Amiens)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.