Coquelicot

plante messicole

Fleur des artiste, fleur des champs de bataille, fleur des moissons, symbole de la Grande Bretagne, le coquelicot est éphémère et beau.


Champ de coquelicots

Les coquelicots, ces petites taches rouges éparses au milieu de la verdeur habituelle, ont toujours inspiré les peintres. Claude Monet peint Champ de coquelicot en 1873 .

S’il fait l’unanimité chez les artistes, le coquelicot est beaucoup moins apprécié des agriculteurs. La graine du coquelicot se mêle aux grains de céréales récoltés au moment des moissons.

Cette superbe fleur rouge est difficile à éliminer avec les herbicides classiques.
Il est symbole aussi du sang des batailles. « Au champ d’honneur, les coquelicots sont parsemés de lot en lot », dit le poète John McCrae, lieutenant-colonel et médecin du Corps de santé royal canadien, au printemps 1915.

Le coquelicots fleurissaient sur les champs de bataille de la Somme et des Flandres, leur couleur rouge rappelant le sang versé.

La plante


Coquelicot  

Le coquelicot, ou pavot des moissons, Papaver rhoeas, de la famille de papaveraceae, c’est d’abord cet éblouissement écarlate qui saisit les champs de blés au mois de juin. C’est avec ces premières céréales qu’il est venu du Moyen Orient au début de notre ère.

Le coquelicot, est une plante herbacée annuelle. Toute la plante est poilue. Feuilles glabres et glauques, très découpées, en rosette importante au printemps, plus tard peu nombreuses alternant au long de la tige.
Fleurs longuement pédonculées, à 2 sépales poilus, verts, caducs, et à 4 pétales chiffonnés, se déplissant dès la chute des sépales ; quelquefois ils portent un point noir à la base. Fruit en capsule glabre, ovale, renfermant de très nombreuses petites graines noires et réniformes.

Usages du coquelicot

Déjà cité par Dioscoride, spécifique de la pleurésie à la Renaissance, le coquelicot est une plante médicinale très ancienne.
On l’employait en tant que calmant : pétales, capsules ou graines servaient de somnifère, d’expectorant et on réservait ses infusions aux enfants et aux vieillards enrhumés que la toux empêche de s’endormir.
Aux belles dames à la peau fragile on conseillait son infusion pour détendre leurs traits et gommer les ridules.
Le coquelicot faisait partie de l’alimentation humaine : ses rosettes en salade au printemps, les pétales de ses fleurs en décoration culinaire, ses graines en boulangerie, son suc en bonbons.
Le coquelicot peut également teindre solidement en rose-rouge, laine, soie, cuir, papier et la croûte de certains fromages hollandais bien connus. On en fît même jadis un rouge à lèvres.

Folklore

Les noms du coquelicot sont innombrables ; s’ils changent selon la région, ils signifient toujours la même apparence de crête de coq.
La fleur de coquelicot est très symbolique : s’il est avec la marguerite et le bleuet, le symbole fleuri de la France, en couronne unifleur, il est celui de la Grande Bretagne.
Le coquelicot symbolise la joie éclatante. Il est souvent chanté en chansons enfantines (Gentil coquelicot, Mesdames) ou modernes (Comme un p’tit coquelicot » de Mouloudji).

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.