Beauquesne

Commune de la Somme


Ancien silo à grain réhabilité en espace sportif et culturel à Beauquesne - Ancien silo à grain réhabilité en espace sportif et culturel à Beauquesne (80) Crédits : CRDP d'Amiens

Code postal : 80600

Nombre d’habitants : 1 344 en 2010

Communauté de communes du Doullennais

Gentilé : Beauquesnois, Beauquesnoises

La commune de Beauquesne est située dans le Nord du département de la Somme et au Sud de Doullens.

Une réhabilitation originale

Situé à l’extérieur de l’agglomération, l’ancien site agricole s’est métamorphosé en 800 m2 d’espace culturel et sportif.

L’architecte chargé des travaux a percé de grandes baies vitrées dans le bardage de tôles ondulées grises.
A l’origine, le bâtiment est occupé par l’usine textile des frères Deneux qui cesse ses activités en 1952.

C’est au tour du Réveil agricole de Picardie d’occuper les lieux. Alors en concurrence avec l’U.C.A.P.(l’Union des coopératives agricole de Picardie), la société coopérative cherche à multiplier les sites de collecte des grains, de vente de produits phytosanitaires ou d’aliments pour bétail.

Un silo métallique et un hangar de stockage sont construits rue de la gare, à la fin des années 1970.
De la fusion avec son ancien concurrent historique naît Agro-Picardie, Le silo de Beauquesne n’est plus rentable à l’heure du regroupement des sites de collecte.

Racheté par la mairie de Beauquesne, ce silo, patrimoine local est réhabilité en 2005 pour un coût estimé à plus de 500000 €.
Sur l’ancien site agricole, le hangar renferme une salle de sport, tandis que la tour métallique a été aménagée pour accueillir une salle de réunions et d’expositions au rez-de-chaussée, une médiathèque à l’étage.

À l’extérieur du bâtiment, la municipalité a créé un jardin clos pour les enfants avec des parterres plantés de graminées et de céréales, de lin, pour rappeler les origines du lieu, un parking de 70 places.

L’église de Beauquesne


Église de Beauquesne - Église de Beauquesne Crédits : CRDP d'Amiens

L’église de Beauquesne n’a pas échappé au XIXe siècle finissant et à son appétit de modernité. Détruite en 1898, il ne demeure de l’ancienne construction du XIIIe siècle que la monumentale tour de pierres blanches, supportant la flèche de l’édifice et son clocher. Disparu, le magnifique portail gothique que l’on ne peut désormais plus admirer qu’à l’intérieur de la base Mérimée , banque de documents photographiques du ministère de la Culture.
Dans un élan prométhéen, cette époque était donc vouée au progrès. Les vieux cimetières sont alors arasés, après que le lieu d’inhumation se soit déplacé vers l’extérieur des agglomérations.

Sous la Monarchie de Juillet, le chemin de fer arrive à Beauquesne, les tuileries et autres briqueteries fournissent les matériaux nécessaires à la reconstruction des antiques bâtisses, à proximité desquelles les municipalités rebouchent les mares, ces abreuvoirs à bestiaux.
L’initiative de la reconstruction de l’église du village revient au desservant, suivant le vocabulaire du siècle concordataire, le curé de la paroisse donc. Ici, l’abbé Jules Morel qui organise une souscription publique pour son projet et obtient l’appui de la mairie. Une souscription de 30.000 Francs est votée en 1897 par le Conseil municipal. Les travaux peuvent alors commencer, dirigés par l’architecte M. Ricquier, un habitué.
La nef est consacrée en même temps que naît le XXe siècle.


Église de Beauquesne - Église de Beauquesne Crédits : CRDP d'Amiens

Réalisé en briques et pierres, l’édifice adopte un style alors en vogue, le néo-roman, comme à Ailly-sur-Noye par exemple.

Le prêtre est satisfait. Il peut accueillir à l’intérieur ses paroissiens sans que ceux-ci ne risquent d’être assommés par un morceau de plâtre tombant de l’antique voûte. Le nouveau plafond est haut, la nef volumineuse et éclairée.
Pourtant, le 4 mars 1926, c’est la tour médiévale que le législateur choisit de classer à l’inventaire des Monuments historiques, la même que « l’on avait cru devoir conserver en raison de sa valeur architecturale », comme en témoigne un historien local et contemporain, J. Duchaussoy.

Cent ans plus tard, on peut penser que l’église Saint-Jean Baptiste de Beauquesne aurait été conservée en l’état et restaurée, son portail préservé.

Contributeur(s) initial(ux)

CRDP Picardie ; Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.