Baie de Somme

Estuaire

La baie de Somme est le plus grand estuaire du nord de la France. Elle se compose de deux estuaires emboîtés qui lui apportent une exceptionnelle richesse écologique, notamment ses oiseaux et ses phoques.


Située à l’ouest du département de la Somme, la Baie de Somme s’étend de la pointe du Hourdel au sud à la pointe de Saint-Quentin-en-Tourmont au nord sur 72 km2 d’estuaire soit le plus grand estuaire du nord de la France. La Baie de Somme abrite une très grande richesse écologique, elle est notamment connue pour ses espèces d’oiseaux et ses phoques.

Un riche patrimoine écologique

La baie se compose de deux estuaires emboités : celui de la Somme au sud et celui de la Maye au nord ce qui permet d’obtenir de nombreux zones ayant chacun des propriétés écologiques propres. Les deux principaux milieux présents en baie de Somme sont la slikke et le schorre appelé aussi « mollières ». La slikke est une zone recouverte par la mer deux fois par jour ce qui en fait une zone de vasières, particulièrement humide contrairement au schorre qui est un milieu recouvert par la mer seulement lors des grandes marées.


- Baie de Somme Crédits : CRDP d'Amiens
Les milieux caractéristiques de la Baie de Somme en font un habitat très favorable pour les oiseaux sédentaires et migrateurs qu’il est possible d’observer dans la réserve naturelle de la Baie de Somme, ou dans le parc ornithologique du Marquenterre où vivent de nombreux oiseaux d’eau (canards colvert, siffleurs, sarcelles, chipeaux...) ainsi que des limicoles (bécassines, courlis, huîtriers pies, vanneaux,...). Autres exemples de richesse écologique avec les chevaux, la race des Henson est née dans la Baie de Somme, et avec les phoques, le phoque veau-marin et le phoque gris.

Haut lieu touristique


Au cours de ces dix dernières années, le tourisme s’est beaucoup développé dans la Baie de Somme. Celle-ci forte de sa renommée grandissante se voit accueillir un nombre toujours plus importants de touristes qui viennent de plus en plus loin, Bassin parisien et Europe du Nord, sans oublier les heureux propriétaires de résidences secondaires. L’autoroute A16 dessert depuis 1991 Le Crotoy, Abbeville, Amiens et la région parisienne. La baie de Somme est maintenant à trois heures de route de la capitale. 

Pour allier respect du patrimoine naturel et tourisme, il existe en Baie de Somme un réseau de 200 km de voies cyclables ainsi qu’un train touristique à vapeur qui emmène les visiteurs d’un bout à l’autre de la baie. Le tourisme y est devenu un secteur créateur d’emploi et un enjeu de l’aménagement du territoire.

Mares pour la chasse


- Baie de Somme Crédits : CRDP d'Amiens

Au milieu des mollières, serpentent des chenaux de marées, fossés naturels qui s’effilent vers leur amont. Le flot marin s’y insinue à marée haute, comme ici. Les nombreux plans d’eau ovoïdes, de quelques dizaines de mètres de diamètre, sont des mares creusées par les chasseurs de gibier d’eau afin d’y attirer les canards sauvages. Sur le bord, le chasseur construit un abri semi-enterré (la « hutte »), percé de petites fenêtres (les « guignettes ») ouvrant sur le plan d’eau. Il y guette la pose du gibier, prêt à tirer. Camouflées, ces « huttes » sont difficiles à discerner : celle de la mare du premier plan se situe au milieu de la rive la plus proche de nous.

« Un Grand site » de France à protéger


- Baie de Somme Crédits : CRDP d'Amiens

Depuis 1994, la baie de Somme est une réserve naturelle, inscrite dans les 15.000 hectares du réseau Natura 2000 des « Estuaires et littoral picards », classée même en 1999 dans le club des plus belles baies du monde. Depuis le 15 juin 2005, elle est labellisée au titre de « Grand site de France » par sa superficie importante en tant que zone humide. Deux sites en Baie de Somme sont eux aussi labellisés, il s’agit du parc du Marquenterre et de Hourdel/Cap Hornu.

Le site de la Baie de Somme est géré par le Syndicat Mixte Baie de Somme - Grand Littoral Picard qui œuvre en faveur de « l’écomobilité » et du développement durable pour avoir un site préservé pour les années à venir.

L’envasement du fond de la baie de Somme - évalué à 17.000 m3 par an -, mais surtout son ensablement - 750.000 m3 par an – se poursuivent. Et ce phénomène séculaire semble inéluctable, malgré la construction d’un bassin de chasse au Crotoy – qui aurait bien besoin d’être dragué parce que lui-même envasé-, d’une écluse à marées sur la cote d’en face, à Saint Valéry. Ce n’est pas faute d’envisager de nouveaux aménagements et de nouveaux plans de sauvetage.
La baie est vaste pourtant, 7.200 hectares, mais le schorre – que l’on appelle les mollières ici – gagnent du terrain, à raison de 15 hectares par an environ. Ces terres, non immergées habituellement à marée haute, à végétation basse, sont la trace la plus visible de l’ensablement de l’estuaire de la Somme. Elles couvrent actuellement 40 % de sa surface et rendent toujours plus difficile l’accès aux ports. Et la plupart des bateaux qui fréquentent ces chenaux de marée sont à présent ceux des plaisanciers.

Les productions de la baie

La baie et ses étendues sableuses sont toujours un espace de production. Celle-ci s’est même diversifiée avec la fin du dernier siècle. 350 pécheurs à pieds, la plupart originaires du Crotoy, produisent encore de 3 à 4.000 t de coques par an, les « hénons » des Picards. L’aquaculture est également apparue depuis le début des années 1980. Et 14 mytiliculteurs élèvent ainsi la moule dite « de bouchots », du nom de ces pieux sur lesquels les coquillages s’accrochent dans l’estran. Avec 2.000 tonnes produites par an, l’activité fait vivre 72 salariés, 300 emplois induits aussi. La salicorne ensuite, cette plante comestible, qui pousse sur les zones de vase salée entre le Hourdel et Saint Valéry-sur-Somme. Les picards en produisent 400 à 500 tonnes chaque année, soit 80 % de la consommation française. Mise en bocaux, la salicorne est appréciée des gourmets. Enfin, plus loin, les prés-salés retentissement des bêlements des agneaux de pré-salé.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Désiré Emmanuel (CRDP d’Amiens)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.