Amiens, la reconstruction

Traces des bâtiments provisoires

Après la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte de reprise économique et démographique, pour parer au plus pressé, on assiste à la construction de nombreuses maisons, censées être provisoires.


Amiens, avant la reconstruction - Amiens, la reconstruction en provisoire Crédits : CRDP d'Amiens

À la Libération en 1944, Amiens n’est plus qu’un vaste champ de ruines. Dans l’attente des premiers travaux de reconstruction, la population trouve refuge dans des baraquements de fortune (la plupart en bois) qui servent également de commerces ou d’églises.

On trouve encore quelques vestiges des premiers baraquements, censés accueillir des familles provisoirement. Quelques dizaines de ces bâtisses provisoires sont encore habitées à Amiens !

Elles sont construites à l’aide de matériaux récupérés sur les ruines, les « bricaillons ».


Amiens, la reconstruction - Amiens, la reconstruction en provisoire des années 50 Crédits : CRDP d'Amiens

Les premiers baraquements en dur, maisons préfabriquées font leur apparition à partir de 1946. En février 1946, les États-Unis en livrent trois cents à la ville d’Amiens.

Cet habitat provisoire d’un seul niveau est composé de parements en fibrociment et couvert de tôles. D’un confort très rudimentaire, il est entouré d’un petit jardin, à l’exemple des traditionnelles maisons amiénoises. 

Le baraquement de la photo a été construit en bordure de la place Foch, dans le quartier périphérique de la gare Saint-Roch particulièrement endommagé pendant la guerre.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Sahaguian Franck

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.