Ailly-le-Haut-Clocher

Commune de la Somme

Petite commune de la Somme


Vue aérienne d’Ailly-le-Haut-Clocher - Vue aérienne d'Ailly-le-Haut-Clocher

Code postal : 80690
Nombre d’habitants : 877 en 2012

Chef lieu de canton rattaché à la Communauté de communes du Haut Clocher
Gentilé : Aillacois et les Aillacoises

Cette commune est située sur un axe routier important, l’axe : Amiens - Abbeville.

Jusque dans les années 1930, subsista une usine de boutons de nacre, qui employait les habitants. Aujourd’hui c’est l’agriculture qui a remplacé cette industrie.

Le cimetière


Le cimetière d’Ailly-le-Haut-Clocher - Le cimetière d'Ailly-le-Haut-Clocher Crédits : CRDP d'Amiens

Le cimetière, l’espace consacré aux morts dans le paysage rural, prend son aspect actuel au XIXe siècle.

Au nom du respect dû aux morts, le décret du 23 Prairial an XII (12 Juin 1804) impose la sépulture individuelle. Cette mesure entraîne une extension de la surface des nécropoles.

Le cimetière communal, placé dans la majorité des cas au centre du village et au milieu des habitations, devient rapidement trop exigu. Grâce à l’action de l’administration et des élites locales, il est transféré extra-muros et ce, malgré les résistances des populations concernées. La révolution dans le mode d’inhumation, amenée par la législation du XIXe siècle et les préoccupations en matière d’hygiène publique, ont modifié la place des morts dans le village.


Le cimetière d’Ailly-le-Haut-Clocher - Le cimetière d'Ailly-le-Haut-Clocher Crédits : CRDP d'Amiens

L’aspect même du cimetière communal a changé. Planté d’arbres et envahi par la végétation, le petit cimetière qui entourait l’église depuis des générations, disparaît peu à peu.

Il cède la place à une spacieuse nécropole placée au milieu des champs. Close d’une haie ou d’un mur en briques, elle est aménagée en espaces réservés aux concessions, découpés par des allées rectilignes. Les croix de fer et les chapelles funéraires, issues du culte des morts, laissent bientôt la place aux caveaux funéraires familiaux.

Le cimetière se minéralise.
Cette mutation se perpétue de nos jours. Ainsi, à l’Ouest d’Amiens, dans le département de la Somme, une quinzaine de communes ont transféré leur cimetière vers l’extérieur de l’agglomération.

Dans le cimetière d’Ailly-le-Haut-Clocher, aucune tombe n’est visible de l’extérieur de l’enceinte. Une double haie plantée en façade et sur les cotés latéraux du quadrilatère voué aux morts interdit au regard du passant ou de l’automobiliste de pénétrer à l’intérieur de l’enceinte.

Les rapports entre l’homme et la mort ont changé, suivant la périodisation définie par Philippe Ariès. Peut-être s’agit-il là d’une des formes de refus et d’interdit de la mort propre à l’époque contemporaine.
 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; CRDP Picardie

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.